En bref‎ > ‎

Témoignage d'André SUC, "Champion des Rascoliens"...

publié le 5 juil. 2016 à 02:00 par Louis RASCOL   [ mis à jour : 5 juil. 2016 à 02:15 ]


Nous avons rencontré André Suc, un ancien élève du lycée Louis Rascol

et brillant candidat à Question Pour Un Champion.

Il a réussi l’exploit de remporter 5 parties à la suite et de décrocher le gain record!


André Suc a commencé son parcours scolaire en 1959 à l’école primaire publique de Saint-Jean-de-Jeannes, petit hameau du Tarn avant d’intégrer le Lycée Louis Rascol en 1966.



Rascoliens : Quels souvenirs gardes-tu de ton enfance et de ton passage à Rascol?


A.S. : C’est à Rascol (mon statut était celui d’interne-externé) que j’ai appris la vie en société. Je sortais directement de ma campagne, même s’il n’y a pas eu d’excès, j’ai vu qu’il y avait de mauvais camarades (toujours prêts à dénigrer) et des bons (toujours prêts à secourir). Restant souvent au lycée le dimanche, je retiens comme modeste satisfaction les jours d’étude où j’avais “ abattu ” beaucoup de travail.


R. : Peux-tu nous parler de ta vie professionnelle?


A.S. : Après une période comme aide-familial à la ferme de mes parents, je suis parti « en ville » pour exercer différents petits boulots, manuels ou de service. J’ai ensuite passé le concours d’agent d’exploitation à la Poste, je suis resté au tri de nuit durant 5 ans en banlieue parisienne, avant de recommencer pour 5 ans une série de petits boulots (plutôt conducteur : camion, taxi, autobus). Après un nouveau concours de la Poste, je suis devenu facteur : une fonction qui m’a beaucoup mieux convenu et que j’ai  exercé durant 28 ans.


R. : Comment s’est passé ton passage au jeu télé?


A.S. : Ma réussite tient à quatre éléments : amateurisme, concentration, hasard, et connaissances.

L’amateurisme : Je suis convaincu que je n’aurais pas été au bout si  j’avais eu la moindre idée que cela puisse être dans ma capacité de gagner cinq parties d'affilées. En effet, j’avais déjà effectué un premier passage en 2000 pour lequel j’avais été battu en finale. Mon objectif était d’en gagner au moins une. Je connaissais la tension nerveuse qu’on laisse en route mais tout s’est enchaîné.

La concentration : (Je me suis surpris moi-même). Peut-être qu’elle vient de ma responsabilité d’associations ou aussi de ce job de correspondant (NDLR au journal local) où on doit penser à tout, comprendre, se souvenir, noter, et cela en restant  le plus discret possible. Dans ce cadre, il faut savoir rester percutant (raisonnablement) et assumer, car “les écrits restent”.

Le hasard : J’ai quand même dans mon parcours eu des thèmes inespérés comme De Gaulle, ou les sportifs français. Puis la “concurrence” a été un peu assommé par un premier match brillant et Julien Lepers en rajoutait. Je pense aussi qu’au moment de conclure, lorsque la concentration s’est envolée devant l’enjeu, l’ultime concurrent n’a pas forcé… pour ne pas estimer tout de go qu’il m’a laissé gagner.

Les connaissances : J’ai travaillé durant dix ans en puisant dans une cinquantaine d’ouvrages spécifiques. J’ai rempli dix cahiers en consignant seulement les réponses que je ne connaissais pas. Pour ma mémoire, je ne pense pas avoir plus de capacités que quelqu’un d’autre, en revanche c’est peut-être ma curiosité et ma soif de connaissances qui ont été des atouts très utiles sur le plateau !


R. : Que peux-tu conseiller au jeunes Rascoliens d'aujourd'hui?


A.S. : je reste convaincu que le travail est la clé du succès. Mon résultat prouve peut-être qu’il faut l’inscrire dans la durée et l’assiduité pour multiplier les chances de réussir. Je crois qu’il faut aussi garder (ou acquérir) le goût de la compétition, elle permet de se surpasser. Enfin, il faut être curieux de tout. En exemple, la mythologie n’était pas ma tasse de thé. J’ai découvert un ouvrage approprié, il était laborieux dans les premières “séances” mais c’est ensuite devenu un vrai plaisir à consulter. Je me suis contenté des mythologies classiques, grecques et latines ainsi qu’un bref aperçu de l’égyptienne. Elles était utiles pour le jeu. Les autres m’auraient peut-être rebutées : il faut rester « humain ».



Vous pouvez visionner les meilleurs moments d'André Suc à Question Pour Un Champion

 

1. Questions pour un champion.mp4

2. Question pour un champion.mp4


 





Comments